Categories
Français

Comment la déscolarisation a sauvé une fille de 12 ans de la folie transgenre

Jennifer n’a été informée que lorsque sa fille a donné son accord pour que ses parents soient prévenus. Initialement favorable à la nouvelle identité non binaire de sa fille, elle n’avait aucune idée des implications, qui allaient bien au-delà des pronoms il / elle remplacés par le plus neutre « iel ».

Exclusif : un médecin américain donne à RT un compte rendu éloquent et émouvant de la façon dont sa fille a été encouragée à changer de sexe par son école, et s’est vue assurer à tort que les bloqueurs de puberté qu’on lui avait prescrits étaient « sûrs et réversibles ».

Le scandale autour de JK Rowling cet été a alerté le public sur l’idéologie transgenre et son impact néfaste sur les droits des femmes. Mais une affaire judiciaire qui a éclaté à Londres cette semaine expose un scandale qui est peut-être encore plus grave.

« ‘Les gens qui ont des menstruations’. Il me semble qu’il y avait un mot pour désigner cette catégorie de population. Aidez-moi à le retrouver. Les fammes ? Les fommes ? Les fimmes ? » Tweet de J.K. Rowling ironisant sur le fait qu’un article parle de « gens qui ont des menstruations » pour éviter d’utiliser le mot genré « femmes », et qui a déclenché une tempête d’accusations de transphobie.

Keira Bell, aujourd’hui âgée de 23 ans, engage une action en justice contre le Tavistock and Portman NHS Foundation Trust, qui gère la seule clinique d’identité de genre pour enfants du NHS England [équivalent de Santé Publique France]. Plus de 2 700 enfants, certains âgés d’à peine 10 ans, ont été référés à la clinique l’année dernière, soit une augmentation de vingt fois au cours de la dernière décennie.

Beaucoup d’entre eux, comme Bell, se voient rapidement prescrire des bloqueurs de puberté qui peuvent provoquer des effets secondaires dangereux. Bell, qui regrette maintenant d’avoir pris ces médicaments quand elle était adolescente pour essayer de devenir un garçon, a déclaré cette semaine : « Il faut arrêter de prescrire des bloqueurs de puberté aux enfants de moins de 18 ans. »

Bell, cependant, n’est qu’une des nombreuses filles à travers le monde qui ont été induites en erreur en pensant qu’elles pouvaient devenir des garçons et que le processus était sûr et facile. Avec des décisions motivées par les influenceurs des réseaux sociaux et la pression des pairs, et encouragées par des enseignants idéologiquement corrects, des parents ont été laissés stupéfaits par le changement soudain de leurs filles et l’effet catastrophique sur leur santé mentale, et, à terme, sur leur capacité à avoir leurs propres enfants.

Comme a averti Sheila Jeffreys, l’universitaire féministe, « … aujourd’hui, rendre des enfants transgenre n’est plus qu’une forme d’eugénisme », qui partage des similitudes avec la stérilisation forcée des homosexuels, des criminels, des personnes handicapées et des personnes souffrant de problèmes de santé mentale au début du 20e siècle.

Cette semaine, RT a parlé à Jennifer, médecin dans la cinquantaine dont la fille, aujourd’hui âgée de 14 ans, a été identifiée comme transgenre de l’automne 2017 au printemps 2020. S’exprimant depuis son hôpital du Massachusetts, elle a expliqué avec fierté comment sa fille avait résisté aux stéréotypes de genre dès le plus jeune âge.

« Elle portait toujours des t-shirts et des shorts ; elle n’aimait pas porter de robes et de jupes après l’âge de six ans », a déclaré Jennifer. « Elle était très active, jouant à l’extérieur avec des voitures et des camions, et creusant des trous. Elle n’était pas stéréotypée masculine ; elle était juste une enfant androgyne ordinaire. Quand elle avait sept ans, elle se coupait les cheveux courts et certaines personnes l’ont prise pour un garçon. Nous avons pensé que c’était mignon et drôle, ça ne nous dérangeait pas. »

Mais lorsque sa fille a eu 11 ans, des messages très différents circulaient à l’école. « Des gens ‘progressistes’ parlaient sérieusement d’identité de genre et elle a commencé à s’appliquer cette notion à elle-même. » Au départ, l’école n’en a pas informé Jennifer. « Cela a commencé à l’automne [2017], mais je n’en ai rien su avant le printemps [2018]. Ils m’ont dit que l’école ne dit jamais aux parents quand l’enfant veut changer de pronom, car ils ne veulent pas qu’ils courent un risque. »

Jennifer n’a été informée que lorsque sa fille a donné son accord pour que ses parents soient prévenus. Initialement favorable à la nouvelle identité non binaire de sa fille, elle n’avait aucune idée des implications, qui allaient bien au-delà des pronoms il / elle remplacés par le plus neutre « iel ».

La pression de l’école avait été insidieuse. « Ils avaient un étudiant trans et un assistant d’enseignement non binaire. Parce que l’adulte utilisait aussi le pronom neutre ‘iel’, ils devaient avoir un cercle de pronoms chaque fois qu’un visiteur entrait dans la classe. Pas étonnant qu’elle ait voulu choisir quelque chose de plus intéressant que le pronom ‘elle’. »

« Je ne pense pas que cela se serait produit sans cette concentration quotidienne intense sur l’identité de genre. »

La sonnette d’alarme a cependant été tirée lorsque sa fille a demandé des bloqueurs de puberté. À ce moment-là, elle s’identifiait comme un garçon et demandait à être désignée par les pronoms il / lui. Elle a insisté sur le fait que les médicaments étaient sûrs et réversibles, mais le professionnalisme de Jennifer l’a amenée à enquêter. « Je n’avais jamais entendu parler de médicaments sûrs et réversibles qui peuvent vous empêcher d’avoir la puberté, alors j’ai fait des recherches et découvert que Histrelin –le médicament utilisé dans le Massachusetts– ferme tout votre axe des hormones sexuelles. Il est utilisé pour traiter les cancers métastatiques sensibles aux hormones et également pour castrer chimiquement les délinquants sexuels. Cela ne semblait pas sain. Elle n’avait que 12 ans. »

Jennifer avait essayé d’affirmer l’identité transgenre de sa fille. « J’ai même appelé les cliniques pour essayer de lui obtenir un rendez-vous. » Cela ne s’est jamais concrétisé. Le coût était un problème, car « les prix que je trouvais étaient supérieurs à 1 000 dollars par mois. » Mais c’est un Tweet hyperbolique qui a brisé le charme dans l’esprit de Jennifer. Elle se souvient : « Ce tweet était ridicule, et il venait de Planned Parenthood ! » Il affirmait que certains hommes avaient un utérus.

Réalisant que quelque chose n’allait vraiment pas, elle a actionné les freins et a épargné à sa fille les bloqueurs de puberté que pour sa part, Keira Bell regrette maintenant d’avoir pris. Jennifer a cependant acheté à sa fille un compresseur de poitrine à 25 dollars, qui est devenu un bien précieux. « C’était la chose la plus importante au monde pendant un certain temps. C’était comme un corset, un vêtement horrible qui l’empêchait de respirer mais elle ne voulait pas abandonner. Quand il était au lavage, elle ne quittait pas la maison. »

Mais les inquiétudes de Jennifer croissaient : « Chaque fois qu’elle pensait être trans, elle avait une personnalité complètement différente. Au lieu d’être insouciante, elle était misérable. Elle s’est refermée sur elle-même ; elle avait peur de parler aux gens et elle ne voulait pas sortir de peur que les gens se trompent sur son genre. Elle avait un regard hagard et me disait que je ne la comprenais pas. C’était comme la nuit et le jour. Car quand elle ne pensait pas au genre, c’était une enfant normale. »

Le contraste avec la propre enfance de Jennifer était stupéfiant : « Où étaient tous ces [prétendus] enfants trans qui n’avaient pas le droit d’être eux-mêmes quand j’étais à l’école dans les années 1980 ? Il n’y avait aucun suicide dans mon lycée. Nous devons nous demander pourquoi cela se produit soudainement. »

Jennifer, d’ailleurs, est un pseudonyme. Son histoire sera familière à des familles du monde entier, mais les parents ne peuvent pas s’exprimer ouvertement. Outre la nécessité de protéger la vie privée de leurs enfants, des mères comme Jennifer craignent pour leurs moyens de subsistance si leur identité devenait connue.

Une autre médecin, Lisa Littman, travaillait comme consultante en santé publique dans le Rhode Island voisin en 2018 lorsqu’elle a publié une étude observationnelle du phénomène qui a frappé la fille de Jennifer : la dysphorie de genre à apparition rapide.

Littman m’a dit qu’ « après la publication de mon article de recherche, certains cliniciens locaux ont écrit une lettre à la direction de l’organisation avec laquelle je travaillais et ont exigé que je sois immédiatement renvoyée de mon travail de consultante. »

Malgré le fait que son travail n’était pas lié à la dysphorie de genre, Littman a rappelé comment sa hiérarchie avait succombé à la pression : « J’ai été informée qu’ils avaient décidé de ne pas renouveler mon contrat pour l’année suivante car en tant qu’organisation, ils devaient être neutres. Ils ont estimé que renouveler mon contrat revenait à prendre parti pour moi, que me renvoyer immédiatement reviendrait à prendre parti pour les auteurs de la campagne de dénonciation, et que ne pas renouveler mon contrat serait l’option neutre. »

Jennifer a bien raison d’être prudente lorsque la perte différée des moyens de subsistance est perçue comme neutre. Elle a également eu confirmation de la validité de son choix lorsque sa fille s’est désistée du processus transgenre lorsque le monde s’est confiné plus tôt cette année en réponse au Covid-19. La réponse à la pandémie l’a éloignée des contacts quotidiens avec d’autres enfants trans-identifiés et a également donné à la mère et à l’enfant l’espace pour avoir une conversation franche, initiée par Jennifer, qui a finalement brisé le charme transgenre.

« Je lui ai dit qu’un garçon trans n’est pas la même chose qu’un garçon », a expliqué Jennifer. « Ils sont très différents. Je lui ai parlé des pénis –elle ne savait rien–, elle n’avait aucune idée qu’un pénis artificiel ne ressemblait en rien à la vraie chose, un miracle de l’hydraulique après des millions d’années d’évolution. J’ai expliqué qu’on ne peut pas recréer cela à partir d’un lambeau de peau du bras, et qu’un pénis artificiel ne sera jamais pleinement fonctionnel, quoi qu’on fasse. » C’était la confrontation de la réalité qui est absente des réseaux sociaux. Elle ne s’est pas séparée de son corset autrefois précieux –elle prévoit de le garder pour toujours comme symbole de sa jeunesse gâchée– mais elle ne le porte plus, car elle ne s’identifie plus comme transgenre. « Elle pleurait de ne pas être un garçon, mais le fantasme ne la captive plus. Elle est en meilleure santé mentale, plus authentique en elle-même et a moins peur du regard des autres. »

Le témoignage éloquent de Jennifer parle à des parents du monde entier : « Ouvrez les voies de communication et demandez à vos filles ce qu’elles ressentent. Écoutez-les, laissez-les être en colère contre vous et attendez que les cris et les hurlements se déclenchent. Ne leur suggérez jamais qu’elles peuvent changer de sexe, mais expliquez-leur plutôt que c’est votre travail de les protéger pendant que leur cerveau n’est pas encore complètement développé. »

Des parents comme Jennifer ont vécu le cauchemar et en sont sortis avec leurs enfants totalement intacts et –contrairement à Keira Bell– leur fertilité future non affectée. Le nombre de personnes qui renoncent au processus transgenre augmente alors que des gens comme Jennifer et sa fille se rendent compte que leurs décisions mal informées, souvent prises à un âge bien trop précoce, ne sont pas ce qu’ils veulent vraiment.

Si nous voulons éviter plus de Keira Bell, les politiciens et les décideurs doivent les écouter, plutôt que les idéologues transgenres avec leur pensée magique.


Par Debbie Hayton, et traduit par lecridespeuples.fr

Debbie Hayton est enseignante au lycée et responsable syndicale. Elle enseigne les sciences à des enfants de 11 à 18 ans dans une école du centre de l’Angleterre. En tant que personne transgenre, elle a beaucoup écrit sur ce que signifie être trans et comment les personnes trans peuvent être incluses dans la société sans compromettre les droits d’autres groupes vulnérables. Son travail peut être lu dans des publications de tous les horizons politiques, où un débat scientifique rationnel est autorisé et encouragé.

* Cet article a été publié pour la première fois en anglais par RT.com le 5 octobre 2020: ‘My 12yo daughter’s friends and teachers pushed her into wanting to be a boy… thank God lockdown allowed her to escape’.

Cette traduction a été publiée pour la première fois par lecridespeuples.fr le 22 novembre 2020: Comment la déscolarisation a sauvé une fille de 12 ans de la folie transgenre.


By Debbie Hayton, and translated by lecridespeuples.fr

Debbie Hayton is a high school teacher and trade union officer. She teaches science to 11-18 year-olds at a school in central England. As a transgender person, she has written extensively about what it means to be trans and how trans people can be included in society without compromising the rights of other vulnerable groups. Her work can be read in publications from across the political spectrum, where rational scientific debate is allowed and encouraged. Follow her on Twitter @DebbieHayton

* This article was first published in English by RT.com on 5 October 2020: ‘My 12yo daughter’s friends and teachers pushed her into wanting to be a boy… thank God lockdown allowed her to escape’.

This translation was first published by lecridespeuples.fr on 22 November 2020: Comment la déscolarisation a sauvé une fille de 12 ans de la folie transgenre.

By Debbie Hayton

Physics teacher and trade unionist.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s